Projet pédagogique

Le projet pédagogique est un projet bilingue (langue des signes et français) et biculturel, en classe ordinaire, par immersion linguistique.

Le projet de la maternelle au collège est proposé de façon collective dans des établissements scolaires repérés (pôle). Ce dispositif collectif est indispensable pour la construction de la langue et de l’identité de l’enfant sourd et permet aux équipes de s’inscrire dans un véritable projet d’école (régulation, concertation, formation, construction d’outils spécifiques, …).

Les objectifs sont les mêmes que pour tous les enfants. Il s’agit, dans une situation aisée de communication, de favoriser les apprentissages et d’ouvrir les enfants sur le monde. Chaque enfant sourd est accueilli dans la classe correspondant à son niveau, avec les enfants entendants. Il suit les mêmes enseignements que les autres élèves, en langue des signes, plus un enseignement spécifique de la langue des signes.

Cet enseignement spécifique de la langue des signes correspond aux programmes d’enseignement officiel de la langue des signes de l’Education Nationale (BO 2008 et 2009).

L’enseignement de la langue des signes est dispensé par des enseignants sourds dipômés et expérimentés et le volume horaire moyen est de 5 heures par semaine pour la maternelle et l’élémentaire, et de 2 heures pour le collège et le lycée.

En maternelle et élémentaire, selon l’âge et les séquences, les professionnels qui interviennent dans l’école peuvent être :

- des co-enseignants sourds (prioritairement auprès des plus jeunes et pour l’apprentissage des nouvelles notions) en enseignement direct, dans la classe, en complémentarité de l’enseignant référent de l’Education nationale.

-des interprètes et/ou des professionnels bilingues qui ont pour mission principale d’interpréter les situations d’échanges et d’interactions dans les différentes classes.

La langue première des jeunes sourds est la langue des signes.

Le Français écrit est présenté très tôt comme langue privilégiée d’accès aux apprentissages, à la communication, à la culture…

La voie d’accès à l’apprentissage du français ne passe pas par la voie phonologique mais s’appuie sur la langue des signes, la construction d’une culture littéraire commune, … 

La présence (non systématique) d’interprètes facilite la communication entre tous.

Après le collège, les jeunes sourds choisissent une orientation en fonction de leurs souhaits et de leurs capacités (selon les procédures de l’éducation nationale). Le Service d’Accompagnement  des Jeunes Etudiants (SAJE) met en oeuvre tous les moyens possibles pour soutenir leur choix.

Les commentaires sont fermés.